MenuNotre Histoire avec MarieNotre Histoire avec Marie Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Redécouvrons le passé:
1546 /Pierre Favre, un saint porteur d’espérance

Notre Histoire avec Marie

CONTENUS

L’ensemble des contenus présentés sur ce site est développé
par l’Association Marie de Nazareth
ASSOCIATION d’intérêt général « MARIE DE NAZARETH »
Siège social : 59, avenue de la Bourdonnais 75007-PARIS
Téléphone : 01 42 59 19 65
Directeur de la publication : Olivier BONNASSIES

 

GESTION DU SITE

La gestion et l’exploitation du site sont assurées par la société MDN Productions
SARL MDN PRODUCTIONS
Siège social : 226, rue Lecourbe, 75015 Paris

 

HEBERGEMENT

SARL OVH
Adresse : 140, quai du Sartel - 59100 ROUBAIX| FRANCE
Tel : 0 899 701 761 - Fax : 03 20 20 09 58Mail : support@ovh.com
Site : www.ovh.com

 

CONCEPTION ET REALISATION

BULKO

1546

Pierre Favre, un saint porteur d’espérance

Daniel VILLAFRUELA [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons
Daniel VILLAFRUELA [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons
« Le grand Pierre Favre… », c’est ainsi que François de Sales présentait son compatriote dans L’introduction à la vie dévote (édition 1619). Tous deux étaient Savoyards (faut-il rappeler que c’est en 1860 seulement que le Duché de Savoie fut rattaché à la France ?)
Pierre Ferrière s.j. Auteur de Prier 15 jours avec Pierre Favre
Pierre Ferrière s.j.Auteur de Prier 15 jours avec Pierre Favre
Une enfance proche du Seigneur. Pierre Favre (1506-1546) est né en Haute-Savoie, au hameau du Villaret, entre Saint-Jean-de-Sixt et le Grand-Bornand. Il grandit dans la ferme de ses parents. Petit berger, enfant très sensible et impressionnable, il est dévoré par la passion d’apprendre et d’étudier. En Europe, la Renaissance bat son plein : un bouillonnement un peu pareil au nôtre…* Le petit pâtre, avec l’appui de son oncle prieur à la Chartreuse du Reposoir (actuel Carmel, classée Monument Historique), part pour Paris en 1525. Il y poursuit de brillantes études au Collège Sainte-Barbe où il se lie d’amitié avec un Navarrais de son âge, François Xavier, et bientôt avec un « vieil » étudiant de 36 ans, Ignace de Loyola qui vient compléter des études et dont Pierre Favre accepte d’être le répétiteur. Ils partagent « la même chambrée, la même table et la même bourse », écrit Pierre Favre dans son Mémorial. De ce groupe d’« amis dans le Seigneur », comme ils s’appelaient, il est le premier à être ordonné prêtre. Et c’est à Pierre Favre qu’Ignace, en son absence, confie ce petit groupe, noyau de la future Compagnie de Jésus…

Éternel pèlerin.
Pierre Favre parcourt l’Europe gagnée par les idées de Luther pour tenter d’instaurer un dialogue. Le Pape l’envoie en Germanie… Mais Ignace prend le relais quand il lui demande de fonder la Compagnie de Jésus en Espagne et au Portugal. De retour d’une mission en Espagne, en chemin vers Trente où se tenait le Concile, il meurt d’épuisement à 40 ans. Il venait de faire cette confidence à l’un de ses frères, Simon Rodriguez : « Je suis de nouveau rappelé d’Espagne pour aller au Concile de Trente. S’il n’y avait cet appel du Pape, on pourrait à bon droit me trouver bien inconstant dans mes travaux après tant de pérégrinations diverses en pays étrangers. Pour ma part, si je ne voyais en tout cela l’obéissance, je ne pourrais me consoler : toujours partir au moment où j’aurais plus de raison de rester sur place ! »


image

Pierre Favre et le Pape actuel.
Le pape François déclare Pierre Favre « saint » le jour de son propre anniversaire : le 17 décembre 2013, près de quatre siècles après Ignace de Loyola et François Xavier. Pourquoi cet intérêt du nouveau Pape ? La proximité de Pierre Favre avec des gens des plus divers et notamment les plus pauvres en fait, pour le Souverain pontife, un modèle privilégié : « Le dialogue avec tous, même les plus lointains ; un discernement intérieur toujours en éveil, le fait d’être homme de grandes et fortes décisions, capable d’être si doux… », c’est ainsi que le décrit le Pape.

L’espérance en exemple.
En quoi Pierre Favre peut-il nous aider à vivre en chrétiens heureux et ouverts aux défis de notre siècle ? Lui suffirait-il d’avoir vécu dans une Renaissance effervescente comme notre époque pour être donné en exemple ? Non, car le fréquenter peut nous apprendre comment trouver cette stabilité et ce repos du cœur qui nous manquent tant de nos jours. Nous le voyons en effet passer d’une inquiétude anxieuse, celle d’un homme pour qui la liberté ne paraît qu’une source de catastrophes, à l’audace radieuse de celui qui a entendu l’appel de la vie et y répond de tout son être. Cette sensibilité extrême en voie de guérison, qui fut la sienne, cet émoi incertain mais joyeux, est-ce encore de l’angoisse ? Peut-être lui préférerons-nous le terme d’espérance qui se fit jour peu à peu dans toutes les démarches apostoliques de cet éternel pèlerin ? Ou le terme de « repos du cœur » ? Effectivement Favre découvrit que le repos promis par Jésus dans l’Évangile (Matthieu 11, 28-29) est moins une interruption dans la « peine » qu’une stabilisation, un arrêt de l’agitation et du trouble, une sorte de certitude que l’on est là où l’on doit être et où on est le mieux : parce que c’est là qu’il est, lui, pour nous.


Écoutons-le plutôt :
« Un tourment ne me quitte pas depuis mes premiers contacts avec l’Allemagne : la crainte de sa totale défection, cet esprit de doute qui, de tant de manières jusqu’ici, m’a persécuté, tâchant par tous les moyens de m’amener à désespérer de faire du fruit et à abandonner le poste qui m’a été confié en Rhénanie… » (M. 329)

« Efforce-toi plutôt de devenir l’instrument du bon esprit »

« Ne te fie pas à ces mauvais esprits d’après lesquels tout se terminera mal, tout se présente mal, ou qui soulignent ce qui va mal. Esprits mauvais, ils dépeignent à l’image de ce qu’ils sont la situation qu’ils veulent et souhaitent aggraver encore. Efforce-toi plutôt de devenir l’instrument du bon esprit : il te montre la situation et la conjoncture telles qu’il les souhaite et comme il est prêt à les faire évoluer avec ton aide… »
(M. 158)


Qui ne voit qu’il est urgent de se laisser gagner par cette attitude de Pierre Favre dans cet enchevêtrement de conflits répercutés aujourd’hui en Europe ? Si nous n’y prenons garde, nous nous laissons déporter du côté obscur et écraser par des forces du mal dont il n’est pas aisé de s’émanciper. En témoigne un tic médiatique récent : le retour du mot glaçant : « sidération ».
 


*La Renaissance, autour de 1500, c’était l’invention de l’imprimerie, la découverte de l’Amérique, la révolution cosmologique de Copernic… et par-dessus tout cela, ou par en-dessous, l’émergence du projet radical de la liberté individuelle. Cela s’étendit sur près de 300 ans.
Et, de nos jours, l’internet, la mondialisation… Plus qu’une Renaissance, c’est une mutation anthropologique que nous vivons. L’espérance de vie d’une Française est de 84 ans : quel changement par rapport au mariage, à l’enfantement, à l’héritage. Nous ne sommes plus les mêmes par rapport à la douleur, grâce aux anesthésies qui chamboulent la morale. Les nouvelles technologies métamorphosent notre identité spatiotemporelle, donc notre rapport à la loi… Avec cette différence flagrante : la vitesse des changements. Ainsi il a fallu 10 ans pour que notre planète soit interconnectée !
Compléments
Sources documentaires

3 propositions pour construire l'avenir

Les 3 propositions que Pierre Ferrière s.j. a faites le samedi 12 novembre 2016.

Engagement

Je pars à la rencontre
de Pierre Favre.

Je m'engage

Formation

Qu'est ce que la théologie de la libération ?
Découvrez la réponse du cardinal Gerhard Müller.

Je me forme

Prière

Je récite  la prière suivante,
d’après le Mémorial de Pierre Favre.

Je prie