MenuNotre Histoire avec MarieNotre Histoire avec Marie Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Redécouvrons le passé:
1950 /L’Assomption, un dogme tout de lumière !

Notre Histoire avec Marie

CONTENUS

L’ensemble des contenus présentés sur ce site est développé
par l’Association Marie de Nazareth
ASSOCIATION d’intérêt général « MARIE DE NAZARETH »
Siège social : 59, avenue de la Bourdonnais 75007-PARIS
Téléphone : 01 42 59 19 65
Directeur de la publication : Olivier BONNASSIES

 

GESTION DU SITE

La gestion et l’exploitation du site sont assurées par la société MDN Productions
SARL MDN PRODUCTIONS
Siège social : 226, rue Lecourbe, 75015 Paris

 

HEBERGEMENT

SARL OVH
Adresse : 140, quai du Sartel - 59100 ROUBAIX| FRANCE
Tel : 0 899 701 761 - Fax : 03 20 20 09 58Mail : support@ovh.com
Site : www.ovh.com

 

CONCEPTION ET REALISATION

BULKO

1950

L’Assomption, un dogme tout de lumière !

L’Assomption, un dogme tout de lumière !
Nous catholiques sommes attachés à fêter notre Mère, déjà participante de la joie du Ciel. Mais ce n’est pas seulement une question de sentiment, c’est une vérité bien établie, fondée en tradition, qui jette un jour très inattendu sur toute notre vie future auprès de Dieu, et qui éclaire en même temps notre chemin présent.
Père Michel Gitton Fondateur de la communauté Aïn Karem
Père Michel GittonFondateur de la communauté Aïn Karem
Le dernier voyage de Marie. L’Assomption est à bien distinguer de l’Ascension, même si, dans les deux cas, il s’agit d’aller au Ciel ! Avec l’Assomption, c’est Marie, la mère de Jésus, qui monte vers les célestes demeures, tandis que Jésus a connu antérieurement une Ascension qui nous est racontée dans les Évangiles (Marc XVI, 19 ; Luc XXIV, 50-53) et les Actes des Apôtres (I, 9-11). L’Assomption n’est pas rapportée dans le Nouveau Testament, tout au plus des allusions (Apocalypse XII, 1-17) ; mais elle est connue grâce à un texte reçu très anciennement dans toutes les Églises, le Transitus Mariæ (ou voyage de la sainte Vierge Marie). Il montre Marie s’éteignant dans la paix à Jérusalem sur le mont Sion, les Apôtres se rassemblant autour d’elle pour faire le service funèbre et l’emmener dans la vallée du Cédron où une tombe neuve l’attend. C’est là que Jésus vient en personne prendre charge de sa Mère qu’il élève au Ciel corps et âme [1].

image

L’Assomption et la Dormition.
L’Orient et l’Occident chrétiens ont eu des approches différentes de ce mystère que les Grecs appellent « Koïmèsis » (traduit par Dormition), tandis que les latins ont plus mis l’accent sur la deuxième phase du processus : sa montée en gloire. Le pape Pie XII, qui a fait entrer l’Assomption dans le concert des vérités de foi professées par l’Église catholique (Constitution apostolique Munificentissimus, 1er novembre 1950), n’a pas voulu préciser le mode de la glorification de Marie : est-elle morte et ressuscitée comme Jésus ? Ou a-t-elle directement rejoint le Ciel, sans passer par la mort, comme on l’a pensé au Moyen Âge ? L’Assomption, avec ou sans Dormition, est donc la conclusion nécessaire de la vie de la Vierge Marie.


image

Le dogme de l’Assomption.
C’est le dernier précisé des dogmes concernant Marie (l’avant-dernier étant l’Immaculée Conception,  définie par Pie IX en 1854). Le texte officiel de l’Église catholique sur l’Assomption est la Constitution apostolique Munificentissimus Deus de Pie XII en 1950. Dans ce document, le Pape proclame solennellement le dogme de l’Assomption : « Par l’autorité de Notre Seigneur Jésus-Christ, des Bienheureux apôtres Pierre et Paul et par notre propre autorité, nous affirmons, nous déclarons, nous définissons comme un dogme divinement révélé que l’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours Vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste. » Il repose sur un large consensus dans la tradition ancienne – plusieurs Pères de l’Église en ont parlé (saint Jean de Damas, saint Denys l’Aréopagite…) – ; très tôt la Dormition et le triomphe de Marie ont été représentés dans d’innombrables fresques, vitraux, tableaux. La fête du 15 août, qui semble venir de Jérusalem, est également très ancienne. Elle est célébrée dans toutes les Églises d’Orient comme dans l’Église latine bien avant la proclamation de 1950. C’est ainsi que, le 10 février 1638, le vœu du roi Louis XIII, remerciant le Ciel pour la grossesse tant attendue de sa femme Anne d’Autriche (obtenue après des neuvaines à Notre-Dame de Grâces à Cotignac), fait de l’Assomption le jour de la fête nationale du royaume de France. De nombreuses églises de France portent ce vocable, de Chantilly (Oise) jusqu’à Nice (Alpes-Maritimes), en passant par Passy (Paris). Notre-Dame de l’Assomption est d’ailleurs proclamée patronne principale de notre pays par le pape Pie XI le 2 mars 1922.


image

La victoire sur la mort.
L’Assomption repose sur la conviction que la Vierge Marie, associée à tous les mystères de la vie de son Fils (joyeux, douloureux et « lumineux »), l’est aussi avec son triomphe sur la mort, sans attendre la Résurrection finale. D’elle aussi, on peut dire le verset de psaume (15, 10) : « Tu ne peux laisser ton ami voir la corruption. » Elle qui a consenti à accueillir la venue du Sauveur dans son cœur et dans sa chair, elle qui s’est donnée toute entière avec lui sur la Croix, elle qui a reçu la charge d’être la Mère de tous les disciples du Christ (Jean XIX, 26-27), elle qui a gardé la foi, alors que tous les autres la perdaient, devant le constat matériel du corps inanimé du Crucifié, elle nous précède dans la Lumière. Désormais, il nous est donné de contempler dans la gloire, à côté du Nouvel Adam, la Nouvelle Ève qui forme avec lui la réplique du couple initial. C’est bien une humanité complète, composée d’hommes et de femmes, que Dieu veut entraîner un jour dans le bonheur sans limite et sans fin.


Unie à Dieu.
La fête de l’Assomption de Marie est pour toute l’Église une grande joie, elle y voit l’annonce de ce que sera sa propre glorification, lorsque le Seigneur reviendra juger les vivants et les morts et qu’il fera entrer son Peuple dans la Jérusalem céleste. Elle y voit la preuve que tout ce qui constitue notre histoire sur terre peut être un chemin vers le Ciel, si nous le vivons en union avec Dieu. Puisque Jésus veut près de lui celle qu’il a tendrement aimée sur la terre, nous croyons que le bonheur du siècle à venir n’est pas désincarné, que nous entrainerons avec nous tous ceux que nous avons aimés, pourvu que nous les ayons aimés dans la lumière du Christ.

[1] On dispose maintenant d’une édition accessible dans un volume de la Bibliothèque de la Pléiade, Écrits apocryphes chrétiens, tome II, Gallimard, 2005, p. 215-239.
Compléments
Sources documentaires

3 propositions pour construire l'avenir

Les 3 propositions que le Père Michel Gitton a faites le samedi 4 novembre 2017.

Engagement

Je relis et médite le chapitre 12
de l’Apocalypse.

Je m'engage

Formation

Catholiques et orthodoxes : divergences ou convergences ?
Découvrez la réponse d'Antoine Arjakovsky.

Je me forme

Prière

Prions la prière pour la fête de l’Assomption    
rédigée par Monseigneur de Monléon.

Je prie