MenuNotre Histoire avec MarieNotre Histoire avec Marie Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Redécouvrons le passé:
1945 /Encouragé par Jésus et sainte Thérèse, un religieux Vietnamien prie pour la France

Notre Histoire avec Marie

CONTENUS

L’ensemble des contenus présentés sur ce site est développé
par l’Association Marie de Nazareth
ASSOCIATION d’intérêt général « MARIE DE NAZARETH »
Siège social : 59, avenue de la Bourdonnais 75007-PARIS
Téléphone : 01 42 59 19 65
Directeur de la publication : Olivier BONNASSIES

 

GESTION DU SITE

La gestion et l’exploitation du site sont assurées par la société MDN Productions
SARL MDN PRODUCTIONS
Siège social : 226, rue Lecourbe, 75015 Paris

 

HEBERGEMENT

SARL OVH
Adresse : 140, quai du Sartel - 59100 ROUBAIX| FRANCE
Tel : 0 899 701 761 - Fax : 03 20 20 09 58Mail : support@ovh.com
Site : www.ovh.com

 

CONCEPTION ET REALISATION

BULKO

1945

Encouragé par Jésus et sainte Thérèse, un religieux Vietnamien prie pour la France

Encouragé par Jésus et sainte Thérèse, un religieux Vietnamien prie pour la France
En 1945, Jésus apparaît à un jeune Vietnamien pour lui confier combien il aime la France et lui révéler qu’il attend de ses habitants suffisamment de prières pour répandre son amour dans le monde à partir de notre pays.
Père Olivier de Roulhac, m.b. Abbaye de Saint-Wandrille, Postulateur pour la cause de béatification de Marcel Van
Père Olivier de Roulhac, m.b.Abbaye de Saint-Wandrille, Postulateur pour la cause de béatification de Marcel Van
En novembre 1945, quelques mois après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Jésus exhorte un jeune religieux vietnamien, Marcel Van, à prier pour la France : 
« C’est en France que mon amour s’est tout d’abord manifesté. Hélas ! Mon enfant, pendant que le flot de cet amour coulait par la France et l’univers, la France, sacrilègement, l’a fait dériver dans l’amour du monde de sorte qu’il va diminuant peu à peu… C’est pourquoi la France est malheureuse. Mais, mon enfant, la France est toujours le pays que j’aime et chéris particulièrement… J’y rétablirai mon amour… Le châtiment que je lui ai envoyé est maintenant fini. Pour commencer à répandre sur elle mon amour, je n’attends désormais qu’une chose : que l’on m’adresse assez de prières. Alors, mon enfant, de la France mon amour s’étendra dans le monde. Je me servirai de la France pour étendre partout le règne de mon amour. » (Colloques 75-76)

« Le démon, fou de rage, était bien décidé à déclarer une bonne fois la guerre à l’enfant béni de la Sainte Vierge… »

Marcel Van est né le 15 mars 1928 à Ngăm Giáo, non loin d’Hanoï, au Vietnam, qui est alors une colonie française.
 Après six années de bonheur dans sa famille, profondément chrétienne, il accepte d’abandonner les siens afin de se préparer à devenir prêtre. Il a sept ans lorsque sa mère le confie à l’abbé Nhã, curé de Hữu-Bằng. Ce prêtre reçoit dans son presbytère de jeunes garçons pour les préparer au sacerdoce. Mais dans cette cure, Van se heurte à la méchanceté de catéchistes aigris qui le maltraitent. Très vite, il devient le souffre-douleur des grands : « J’étais devenu sans m’en rendre compte, une lampe qui forçait tout le monde à regarder la lumière… La lampe de mon cœur brillait sans discontinuer. Voyant cela le démon, fou de rage, était bien décidé à déclarer une bonne fois la guerre à l’enfant béni de la Sainte Vierge… »

Non seulement on lui inflige des coups de rotin, mais on le fait passer devant un « tribunal populaire »
 où on l’humilie. On en vient à le culpabiliser de communier chaque jour, comme il en avait reçu la permission de son curé. « J’étais troublé et je souffrais terriblement de penser que, sans être digne comme les saints, j’avais eu la témérité de communier tous les jours. Plus j’essayais de démêler cette question, plus elle s’embrouillait et plus la blessure de mon cœur s’aggravait. Je ne savais à qui ouvrir ma conscience... et j’en vins à ne plus communier tous les jours... Je vis alors réapparaître les défauts de ma première enfance ; je commençais à être de nouveau entêté et désobéissant. »

image

Van désemparé projette de s’enfuir mais finalement il choisit de s’abandonner à Dieu et de souffrir en silence.
 Lui qui a tout quitté pour suivre Jésus ne comprend pas pourquoi il devrait être coupé de celui qu’il aime… et de Marie dont il voulait être l’enfant « à un titre spécial » (il aimait dire : « Grâce à elle, le démon n’a jamais réussi à me vaincre. »). La tyrannie des catéchistes va très loin : on lui confisque non seulement son chapelet mais aussi les moyens de substitution que Van a inventés en faisant dix nœuds à sa ceinture ou en passant dix fèves d’une poche à l’autre.

La nuit de Noël 1940, Van comprend que sa mission consiste à changer la souffrance en bonheur.
 En 1942, il est admis avec ses deux meilleurs amis au petit séminaire Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus à Lang Son (au Nord du Vietnam). Mais la guerre l’oblige à continuer ses études à Quảng Uyên. C'est là qu'il découvre Histoire d’une âme. Envahi par une grande joie, il découvre qu’il peut lui aussi devenir saint, ce qui lui semblait impossible en raison de sa faiblesse. Quelques semaines plus tard, dans la montagne où il est parti gambader, après avoir choisi sainte Thérèse de Lisieux comme sœur spirituelle, il a la surprise d’un extraordinaire entretien avec elle, premier d’une longue série.

Sainte Thérèse va l'exhorter à prier pour la France, or Van n'aime pas ce pays.
 S'il a une grande admiration pour les religieux français qui se mettent vraiment au service de la population, il a été aussi marqué par la propagande nationaliste vietnamienne dénonçant les excès de certains colons français. Plus tard, alors qu’il est devenu religieux rédemptoriste (le noviciat de Van débute le 17 octobre 1944), Jésus lui parle à plusieurs reprises de la France, et lui demande avec insistance d’avoir « une prière de compassion » pour elle. Le 12 novembre 1945, Jésus parle aux Français : « Voyez-vous mes larmes qui se mêlent à celles d’un étranger occupé à écrire les paroles que je lui dicte ici pour vous ? » (Col 94) Il lui dit aussi combien il souhaite l'union de la France et du Vietnam : « Je me servirai de l’union de ces deux petites fleurs comme témoignage que j’unirai ensemble ces deux pays dans mon amour. » (Col 108)

En octobre 1945, il est admis chez les Rédemptoristes de Hanoï.
 Le père Antonio Boucher, son directeur spirituel, l’encourage à écrire sa vie ainsi que les dialogues qu’il a avec ses interlocuteurs célestes. Confident de Van tout au long de sa vie, le Père Boucher le guide sur le chemin où Jésus l’a engagé.

 « Qu’il y ait au moins une âme pour aimer le Bon Dieu »

Après la séparation du Vietnam en deux par les accords de Genève (juillet 1954), Van retourne au Nord devenu communiste
 pour « qu’il y ait au moins une âme pour aimer le Bon Dieu », alors que de nombreux chrétiens fuient vers le Sud. Arrêté quelques mois plus tard, il est jugé et condamné à 15 ans de travaux forcés, puis meurt dans le camp de Yên Binh le 10 juillet 1959 à l’âge de 31 ans, consumé par l’amour, cet amour plus fort que la mort (Ct 8, 6). Dès sa première communion, il affirmait : « Maintenant, il ne reste que Jésus, et moi, je ne suis que le rien de Jésus. » Son procès de béatification s’est ouvert le 26 mars 1997 au diocèse de Belley-Ars.
Compléments
Sources documentaires

3 propositions pour construire l'avenir

Les 3 propositions que le Père Olivier de Roulhac a faites le samedi 11 juin 2016.

Engagement

Comme Marcel Van,
je réponds à l'appel de Jésus.

Je m'engage

Formation

Pourquoi dieu ne répond-il pas à ma prière ?
Découvrez la réponse du Père Nathanaël Pujos.

Je me forme

Prière

Je prie
pour la France et ses prêtres. 

Je prie